TABU LEY
LEY
Le Seigneur de la musique africaine moderne et congolaise particulièrement, avair fêté le mardi 13 novembre 2012, ses 72 ans d'âge et en décembre les 42 ans de son passage à l'Olympia de Paris. Cette année 2013 est l'année de ses 53 ans de carrière professionnelle. Il nous quitte, le 30 novembre 2013
Kiwele wele
Mongali
Mosolo
Cet auteur, compositeur, arrangeur, chanteur, chef d'orchestre, danseur et chorégraphe, malgré ses multiples voyages à travers le monde est très attaché à son pays et à la ville de Kinshasa. Il est d'ailleurs la personne qui a le plus chanté la ville de Kinshasa.
Kellya
Adios Tété
Kaful mayay
Ponce Pilate
TABU L E Y
ROCHEREAU En 1971, avec la politique de recours à l'authenticité imposée par le Président Mobutu Sese Seko, il devient Tabu Ley. "Ley", en kiyanzi son dialecte maternel, veut dire: « Rameau ou branche d'arbre ».
Le Seigneur Rochereau est non seulement l'un des auteurs les plus féconds, mais aussi le chanteur le plus imité dans l'histoire de la musique congolaise moderne. Avec plus de 2000 chansons à son actif, ses œuvres ont été reprises directement ou indirectement par d'autres formations musicales. Tout Seigneur qu'il est, il n'a jamais poursuivi quelqu'un en justice pour plagiat. Chose rare dans cette société mercantile animée par l'esprit de lucre. Beaucoup de chanteurs affirment aujourd'hui avoir été influencés dans le passé par lui; même les plus inattendus. L'interprétation de ses chansons constitue un des éléments de test que l'on fait passer aux chanteurs qui postulent dans un orchestre. Les lecteurs de "Jeune Afrique", le magazine francophone le plus lu et le plus connu des Africains, dans sa parution numéro 2033-2034, du 28 décembre 1999 au 10 janvier 2000, ont élu le Seigneur Tabu Ley Rochereau comme meilleur musicien du siècle. Quatre critères ont été retenus par ce journal hebdomadaire: - D'abord la longévité sur la scène musicale. Depuis le début de sa carrière en 1959 jusqu’à ce jour, Rochereau est toujours resté présent au devant de la scène par sa production discographique ou par ses prestations scéniques à travers le monde. Seul le Grand Maître Franco Luambo Makiadi pouvait lui disputer cet honneur. Mais malheureusement, ce dernier a disparu prématurément, en 1989, en pleine gloire, après 33 ans de carrière non interrompue avec l'Ok-Jazz, son orchestre. - le deuxième critère qui a milité en sa faveur, c'est sa production discographique. Rochereau a écrit plus de 2000 chansons. S'il faut compter les inédites, ce chiffre peut s'élever à près de 3000. - Rochereau a influencé beaucoup de jeunes. Plus de la moitié de jeunes artistes musiciens congolais se réclament de lui. Ils le prennent pour modèle ou pour père spirituel. Rochereau a aussi encadré et révélé un certain nombre d'artistes qui sont devenus, à leur tour, de grands noms de la musique. Nous pouvons citer, par exemple, Sam Mangwana, Pamelo Munka etc... - Enfin, Rochereau est l'un des musiciens congolais à avoir une renommée internationale. En se produisant à l'Olympia, ce célèbre music-hall parisien, il est l'un de tout premiers artistes musiciens africains à ouvrir la voix de salles les plus prestigieuses du monde aux autres. Rochereau et Franco sont parmi les inspirateurs africains du "Zouk". Pascal TABU est né dans la province de Bandundu, près de Bagata, à 400 Km de Kinshasa, le 13 Novembre 1940. Il a d'abord été nommé, par rapport à son lieu de naissance, Pascal SINAMUEYI. Ce qui signifie en Kiyanzi: le confluent de deux rivières. Mais sa famille maternelle a préféré donner au fils unique de Colette Ma'Ndi le nom de Tabu. En Kiyanzi,"Ta" veut dire Père, Papa, et, "Bu", problèmes. "Tabu" signifierait donc: Père de problèmes, père responsable. C’est le bateau « Losanga » qui ramena le futur Rochereau et sa maman à Léopoldville. Pendant ce voyage sur le fleuve Congo et ses affluents, il y avait Antoine Wendo, le chanteur, parmi les membres de l'équipage. Quel présage! Pascal Sinamueyi a commencé ses études à l'école primaire « Saint-Pierre » dans la commune de Kinshasa. Il les a poursuivies dans la commune de Kalina au collège « Sainte-Anne » de la paroisse « Saint-Joseph ». Pendant un cours d’histoire, en 1954, dans cette école dirigée par le Père catholique Belge Raphaël De La Kéthuile, Pascal Sinamueyi a été le seul de sa classe à donner la bonne réponse sur Denfert-Rochereau (1823-1878) le colonel français qui a défendu Belfort en 1870-71. C'est ainsi que ses collègues l'ont surnommé "Rochereau". Il finira ses études en 1959 à l'école moyenne Saint Raphaël (Ecomoraph); non loin du stade du Roi Baudouin, stade construit à l’instigation du Père Raphaël De La Kéthuile, leur Directeur. Ce stade portera son nom : « Stade Tata Raphaël ». Pendant ses études auprès des catholiques, le jeune Pascal aura l’occasion de pratiquer des activités artistiques et littéraires : dessin, peinture et poésie. En 1948, il est choriste dans la paroisse Saint-Pierre de Kinshasa. En 1950, il est parmi les petits chanteurs du quartier Ruwet de Kinshasa. En 1954, il est plébiscité meilleur chanteur en herbe du collège "Sainte Anne", son école. En 1955, Rochereau chante pour la première fois devant le public national au célèbre stade "Tata Raphaël" de Léopoldville et devant le Roi Baudouin 1er de Belgique en voyage dans les colonies belges. Couronné lauréat des meilleurs auteurs chanteurs compositeurs en herbe du Congo, lorsqu'il était encore à l'école, Rochereau a écrit à cette époque ses premiers poèmes, comme "L'âge et l'amour». Après des brillantes études à Kinshasa, Pascal entre dans la vie active. Il emménage avec son frère Rudolphe sur la rue Lac Moëro, dans la commune de Kinshasa. Leur appartement était la propriété de Soulé Labaran, un riche commerçant originaire de l’Afrique de l’Ouest. Il sera immortalisé plus tard par Rochereau dans la chanson "Caroline, mwasi nga nalingaka". Pascal, qui est encore dans ses 18 ans, rencontre le premier amour de sa vie, Victorine Bipema. De leur liaison naîtra un garçon: Mathieu Tabu Ossey. Le bébé a été pris en charge par sa grand- mère, Colette. Pascal va quitter Lac Moëro pour habiter sur la rue Dilolo, à l'autre bout de la commune de Kinshasa, vers la place du Pont Cabu (aujourd'hui Pont Kasa-vubu) et de la "Cité». Il sera rejoint par Rudolphe. Avant de quitter la rue Lac Moëro, Pascal a fait la connaissance d'une charmante sœur jumelle Thérèse Mbo. Il aura deux enfants avec elle: Nestor et Nicolas. C’est dans cette partie de la commune de Kinshasa que Pascal Sinamueyi fera la connaissance de la famille du Docteur Mowana qui habite à quelques rues. Pascal tombe amoureux de Georgette Mowana Khaly dite "Mère Tété", la fille du Docteur. Georgette Mowana, née en 1947, deviendra en 1961 sa femme. On ne compte plus le nombre de chansons dédiées directement ou indirectement à elle: "Adios Tété", "Mission officielle", "Tété Nakozonga", "Mon dernier espoir Itou" etc... L'histoire de Tété et de Pascal ressemble étrangement à celle chantée par Wendo dans "MarieLouise". Ils iront habiter dans la commune de Kingabwa, non loin du fleuve Congo. C’est Benathar "Aladef" qui leur loue ce pavillon. Etre locataire ne plaît pas à Georgette. Elle exerce des pressions auprès de son mari, Pascal, pour qu'ils aient un logement à eux. C’est ainsi que Pascal est devenu propriétaire toujours à Kingabwa; à côté d'une grande entreprise de transport. Le temps de finir la construction de leur pavillon dans cette zone industrielle, le couple habite provisoirement dans un préfabriqué. Leur voisin, la société des poids lourds, voulait agrandir son domaine. Pascal leur vendra sa parcelle pour acheter une autre avec ses dépendances dans la commune de Limeté sur la 10ème rue. Remarqué en 1956 par Joseph Kabasele dit "le Grand Kallé", il est naturellement devenu à l'âge de 15 ans, l'un de ses paroliers. « Baiser la mucho » est la première chanson écrite par Rochereau et chantée par Joseph Kabasele. 1956, c’est aussi l’année de la création de l'orchestre "Ok-Jazz". Rochereau aurait rencontré pour la première fois le Grand Kallé-Jeff au bar-dancing "Ok-Bar". Mais comment Rochereau est-il devenu chanteur dans l'orchestre «African-Jazz » ? Selon Labo Gabriel dit "Laboga", un des fondateurs de l’OTC-La Voix de la Concorde qui deviendra plus tard "African-Jazz", c'est Kabasele lui-même qui a fait entrer Rochereau dans l'orchestre "African-Jazz". Laboga nous racontera que Kabasele lui avait parlé d'un garçon que Roger Izeidi lui avait présenté et qui chantait comme lui. Et Laboga voulant absolument rencontrer ce garçon qui chantait comme Kabasele. Ils se fixèrent rendez-vous dans la maison à étage de Jean-Jacques Kandé, futur ministre de l'information, à Yolo-Sud, dans la commune de Kalamu. Lorsque Rochereau vint au rendez-vous fixé par Kabasele, Laboga reconnut son cousin. En effet, Colette Mandiy, la maman de Rochereau est cousine avec Marie Mokosso, la maman de Laboga et Anna Mokosso, la maman de Roger Izeidi. Et Laboga ignorait jusque-là que son cousin chantait. Kabasele et Pascal se mirent à chanter. Kabasele faisait la première voix, Rochereau la deuxième. Après cette démonstration, Laboga dit à Kabasele: « Fais attention parce que tu as maintenant un grand concurrent. Car vous avez le même timbre de voix... » "Désormais, lui dit Kabasele, il fera partie de l'orchestre African Jazz ». C'est à partir de ce moment-là que Rochereau commença à chanter avec Kabasele. Selon Rochereau lui-même, dans une de nos conversations, il commença sa carrière comme parolier de Joseph Kabasele, en 1956. Quelques temps avant la fin de ses études, Kabasele qui chantait de temps en temps avec des éléments de l'orchestre "Rock-à-Mambo" dans les éditions "Essengo" d'Antoniopoulous, était absent du Congo. Jean Serge Essous, Rossignol et les autres avaient besoin d'une personne qui chanterait à sa place dans leur nouvelle chanson "Mickero Mickero". Allant souvent au studio à ce moment-là, il demanda au groupe s'il pouvait essayer de chanter. Et l'essai fût concluant. Le 06 Juin 1959, l'African-Jazz étant programmé pour jouer au bar-dancing "Vis-à-vis", sur la rue de la Victoire dans la commune de Kalamu. Mais Kabasele n'étant pas sur scène, Pascal Rochereau qui venait de finir ses études n'eût pas de problèmes à interpréter le répertoire, car il était l'auteur d'un certain nombre de chansons. C'est ainsi que le grand public a découvert ce jeune chanteur âgé de 18 ans et quelques mois. Son deuxième concert avec l'orchestre de Joseph Kabasele aura lieu à Lukala dans le Bas-Congo, le 06 Juillet de la même année. Le lendemain du concert, il arriva très tôt à son lieu de travail. A l'époque, Pascal Sinamueyi dit Rochereau travaillait comme comptable au Fond du Bien être Indigène. Il avait parmi ses collègues, un certain Makoko Mutsheni, le futur journaliste à "La voix du Zaïre". Et, le 07 juillet 1959, étant en avance au travail, Rochereau écrivit "Kelhia", la première chanson qu'il a signée de son nom Pascal Tabu Rochereau. Ce fut à la même époque aussi qu'il écrit "K.J.". Ce ne sont pas les initiales de Kabasele Joseph mais de Kalala Jacqueline, une amie de ce dernier. A l'époque, c'était courant d'écrire une chanson pour la copine d'un ami. La même année, l'African-Jazz effectuera un long voyage en Belgique. Mais Rochereau ne fut pas du voyage. C'est Victor Longomba dit "Vicky" qui chantait à côté de Joseph Kabasele. C'est au cours de cette tournée que l'African-Jazz se produisait en marge de la conférence de la "Table Ronde" que Kabasele avait composé à cette occasion des chansons comme "Table Ronde" et, surtout, "Indépendance Cha-Cha" qui fera un énorme succès. Elle a été enregistrée en présence de Gilles Sala, ce chanteur de charme antillais devenu plus tard animateur des émissions de radio sur des patrimoines musicaux. A ses débuts, Pascal Rochereau ne pensait pas devenir un artiste musicien professionnel. Il préférait demeurer auteur de chansons que d'autres personnes interpréteraient. Pendant que l’African-Jazz séjournait en Europe, Rochereau, qui avait quitté le Fond du Bien-être Indigène et travaillait comme Commis principal puis Directeur Administratif à l'Athénée Royal de Kalina (Gombe) à Kinshasa, chantait de temps à autre avec le "Jazz Africain" à côté de Edouard Lutula dit "Edo Clari", Jeannot Bombenga, Damoiseau et Casino. Cet orchestre de la mouvance African-Jazz palliait l'absence prolongée de celui-ci. Au retour de l'African-Jazz au Congo, en 1960, Rochereau regagne cet orchestre comme Chanteur et Auteur-Compositeur. De fil en aiguille, Pascal Rochereau devenait de plus en plus artiste -musicien à part entière. Il habitait encore à l'époque la rue Lac Moëro dans la commune de Kinshasa. En 1964, Rochereau abandonna définitivement tout travail administratif pour se consacrer principalement à la musique. C'est un choix impensable à l'époque pour une personne instruite comme lui. Les musiciens étaient assimilés à des voyous. Les familles ne consentaient généralement pas au mariage de leurs filles avec des musiciens. De même elles s'opposaient vivement à ce que leur enfant embrasse la carrière musicale. Beaucoup de nos artistes musiciens peuvent témoigner de leurs difficultés à faire admettre à leurs parents l'idée d'être musicien. Mais comment ont réagi les parents de Pascal Rochereau à ses débuts ? "Ma mère n'était pas vraiment au courant », nous a-til dit. « Parce que j'ai passé une grande partie de mon enfance plus avec ma mère qu'avec mon père. Elle entendait parler de Rochereau. Elle ne savait pas que c'était moi. Car à l'école, on m’appelait Sinamueyi Pascal. Elle eût du mal à croire que j'ai construit ma villa dans la commune de Limété grâce à la musique. Maman n'arrêtait pas de dire qu'un musicien ne peut pas faire construire une telle église. C'est comme ça qu'elle qualifiait mon pavillon. Avec le temps et les autres réalisations que j'ai effectuées par la suite, elle a commencé par changer d’avis. » En effet, le grand public connaît Pascal Sinamueyi par son pseudonyme de Rochereau. Il se fait appeler lui-même dans ses différentes chansons: « Mwana ya Tabu » (fils de Tabu). Et, Pascal Sinamueyi est devenu dans sa vie active: "Pascal Tabu". Tous ces enfants portent le nom de Tabu. En 1971, avec la politique de recours à l'authenticité imposée par le Président Mobutu, il devient Tabu Ley. "Ley", en kiyanzi son dialecte maternel, veut dire: « Rameau ou branche d'arbre ». Cet auteur, compositeur, arrangeur, chanteur, chef d'orchestre, danseur et chorégraphe, malgré ses multiples voyages à travers le monde est très attaché à son pays et à la ville de Kinshasa. Il est d'ailleurs la personne qui a le plus chanté la ville de Kinshasa. Pour l’Exposition Universelle de Montréal en 1967, un orchestre devait animer le pavillon de la République Démocratique du Congo. Pour choisir, un concours a été organisé au parc De Boeck à Kinshasa. C’est l’African Fiesta National de Rochereau qui en sera le lauréat avec la chanson: « Congo nouveau, Afrique nouvelle. » Avant de rentrer à Kinshasa, Rochereau et son orchestre ont fait un détour par la Belgique pour enregistrer des chansons dans la maison d’édition « Decca ». Ils y enregistrent des chansons comme « Souza » et « Pangula ». Le Seigneur Tabu Ley Rochereau est parmi les premiers, sinon le premier artiste noir africain à jouer dans la salle mythique de l’Olympia de Paris. Dans le concert pour ses trente-trois ans de carrière musicale au Parc d'exposition de la Porte de Versailles à Paris en novembre 1992, il explique au public comment il a eu l’idée d’aller jouer dans ce célèbre music-hall parisien: « A cette époque-là, la musique Zaïro-Congolaise était de cette façon-là. Le chanteur était à son micro, il chantait tout doucement avec beaucoup de discipline.Vient un jour, le Seigneur Rochereau a débarqué. D’abord à Bamako. J’ai fait trois mois à Bamako. Après Bamako, je suis venu à Abidjan; Pendant six mois, en passant par Ouaga, Bobodioulasso. C’était en 68. C’est à ce moment-là, dans une boîte très célèbre, insolite, qu’on appelait la « Boule rouge », la « Boule noire » plutôt. Ceux qui sont de la Côte d’Ivoire ou ceux qui sont passés par la Côte d’Ivoire connaissent la Boule noire. C’est à partir de la Boule noire que j’ai rêvé l’éclosion de la musique africaine. Libre musique fracassante, avec beaucoup de mouvement, beaucoup de danses. Ainsi, fin 68, je rentrais dans mon pays le Zaïre, reçu par 10.000 personnes à l’aéroport, controverses politiques, tout ça, les Houphouet, tout le monde est intervenu. Tranquillité. Et c’est comme ça que naquit le spectacle. Et j’ai rêvé venir débloquer un jour à Paris, à l’Olympia de Paris... » Pour concrétiser cette idée, Rochereau contacte lui-même Bruno Coquatrix. Il a osé et ça a marché. Le chemin de l'Olympia, cette salle mythique sur le boulevard des Capucines, non loin de l’Opéra de Paris, s’ouvrait à lui. Il fallait maintenant faire quelque chose. Qu’allons-nous présenter comme type de spectacle, alors que, jusqu’à présent, nous ne faisions que des bals. Pour répondre à ces interrogations, Rochereau et son équipe commençèrent à se référer à James Brown ou Claude François. C’est ainsi qu’ils eurent l’idée de recruter des danseuses en 1970. A l’instar des « Clodettes » de clo-clo, autrement dit Claude François, les danseuses de l’African Fiesta National sont appelées des « Rocherettes ». Pour leur permettre de mieux préparer l’Olympia, le Président de la République met à la disposition de l’African Fiesta de Rochereau pour plusieurs mois le domaine présidentiel de la N’sele, à plus de cinquante kilomètres du centre ville de Kinshasa. Pendant qu’ils préparaient leur série de spectacles au domaine de la N’Sele, ils eurent des échos qu’il y avait un redoutable danseur au sein de l’orchestre « Volcan Nibetoba ». Ce danseur qui venait de la province du Katanga avait un sens du spectacle extraordinaire. Après l’avoir auditionné, le staff de l’African Fiesta National trouva que ce danseur, révélé par le Volcan Nibetoba et les jeunes de la commune de Lemba, ferait une bonne équipe avec Pascal, un autre danseur. Ainsi Gaston Dilenga dit Dilens fut recruté. Ce fut le fameux duo « Pascal et Gaston ». Les premières danseuses dans l’histoire de la musique africaine furent des Rocherettes, telles : Marietou, Buka, Marie-Claire, Saïdi, Yedi et Annie, la future épouse de Franco Lwambo Makiadi. Le groupe musical de Rochereau fut composé de -Ringo Bakoyéne, le frère du footballeur dans V.Club Didi Bakoyéne à la percussion -Seskain Molenga à la batterie -Kola Philo à la basse -Denis Lokassa en alternance avec Michelino à la Guitare d’accompagnement (rythmique) -Faugus au mi-solo -Attel Bumba à la guitare solo -François Matwila à la guitare, dans la chanson « Congolia » -Empompo dit Déesse et le nigérian Saki dit « My brother » au saxophone. -Jean Nzenze dit Jean Trompette, William Kuntima dit « Willy Mbembe » et le vieux Biolo à la Trompette. Et comme chanteurs, il y avait Kashama René dit Karé, Paul N’dombe dit Pépé N’dombe et évidemment Rochereau lui-même. Ils jouèrent à l’Olympia du 12 au 30 décembre 1970. Ils partagèrent l’affiche avec Julien Clerc, ce jeune chanteur qui vient de remporter un succès considérable dans la comédie musicale « Hair ». Dans le public, il y avait un grand nombre de vedettes françaises qui venaient découvrir la musique africaine moderne. Comme il était le premier artiste noir africain à y jouer, Rochereau profita de l’occasion pour rendre Hommage au monde de la musique négro-africaine moderne. C’est ainsi qu’il a interprété la chanson « Masuwa » du congolais de Brazzaville Pamelo Munka, son ancien disciple, les chansons du camerounais Eboa Lotin, de la Sud Africaine Myriam Makeba, du Sénégalais Sosseh Johnson ou de Fonseca etc. Un hommage émouvant a été rendu à son ami Bavon Marie Marie, le frère de Franco décédé tragiquement le 05 Août 1970 d’un accident de circulation. La chanson de Michelino Mavatiku, « Moussa », dont l’animation deviendra celle de réchauffement du public pour Rochereau, est l’un des fondements rythmiques du Zouk révélé par le groupe antillais: « Kassav ». Le 12 décembre 1970, le premier jour du passage de Rochereau à l’Olympia, deux grandes réceptions furent organisées en son honneur, l’une au « Chevalier du Temple » et l’autre au « Keur samba » de l’époque. Parmi les personnalités qui prirent part, nous pouvons citer Gérard Akweson, Manu Dibango, Uta Bella, Bella Bellow... Rochereau y avait exhorté ses frères artistes africains de se réveiller et à prendre d’assaut à qui mieux mieux les studios, les music-halls et autres amphithéâtres où on leur fermait la porte au nez. C’est ainsi que des célébrités comme Oum Khaltoum, la fille d’Ibrahim El Baltagui et de Fatima, l’Astre de l’Orient, la Diva d’Egypte, puis Abeti Masikini dite la tigresse aux griffes d’or du Zaïre, Manu Dibango, Eboa Lotin, Fela Kuti Ransome viendront se produire dans ce mythique music-hall parisien du boulevard des Capucines. Les jeunes célébrités montantes comme Salif Keita, Angélique Kidjo, Lokua Kanza, Youssou N’Dour, Kadja Nin, Koffi Olomide, J.B. Mpiana et Papa Wemba suivront l’exemple. D’autres salles de Paris, de grande réputation pour leur capacité d’accueil en nombre de spectateurs, furent prises d’assaut par des artistes africains. Le Zénith a accueilli Papa Wemba, Tshala Mwana, Bisso na Bisso. Après Mory Kanté en 1993, Koffi Olomide réussit à réunir près de 15 000 spectateurs au Palais Omnisports de Paris-Bercy, la plus grande salle de Paris, le samedi 19 février 2000. Werrasson avec son orchestre « Wenge Musica, maison mère » réussit aussi à remplir cette salle d’une capacité de 17 000 personnes le samedi 16 septembre de la même année. 50 ans après le dernier bal de la « Table Ronde » animé par l’African-Jazz à l’hôtel Plaza à Bruxelles le mercredi 27 avril 1960 de 21 heures à l’aube, 40 ans après le passage de Rochereau et son African Fiesta National à l’Olympia de Paris du 13 au 30 décembre 1970, plus de 30 ans depuis l'émigration massive des musiciens congolais dans le monde, la musique congolaise moderne n’a cessé de s’internationaliser au point de remplir sans publicité télévisée le Palais Omnisports de Paris-Bercy d’une capacité d’environ 20.000 places, la plus grande salle de spectacle de Paris, la capitale culturelle du monde. Aujourd'hui, le « Staff Benda bilili », orchestre composé de paraplégiques et d’enfants des rues de Kinshasa révélé par Renaud Barret et Florent de la Tullaye dans leur film « Benda Bilili » a fait l'ouverture de la quinzaine de réalisateurs au Festival de Cannes 2010 et galvanise les festivals de musique du monde entier. Et ce n’est pas fini ! L’entrée de Lambert Molenga dit « Seskain » va révolutionner la musique congolaise moderne par l’introduction de la batterie dans cette rumba africaine. Il n’est pas le premier à jouer de cet instrument au Congo. Parmi les batteurs de son époque, nous pouvons citer Ringo Bakoyene, Pasteur, Tchonzo d’Afro-Mongambo et bien d’autres. Le batteur (drummer) n’intervenait que pour jouer dans les variétés internationales. Il changeait de rôle lorsque l’orchestre interprétait le répertoire typiquement africain. Il jouait d’autres instruments à percussion comme le tuba ou les timbales. La première chanson rumba congolaise dans laquelle la batterie a été jouée demeure « Gypsie » de Rochereau. Mais c’est la chanson «Café Rica » qui révéla cet instrument à percussion. Le rôle du batteur sera confirmé auprès du grand public dans l’introduction de la chanson « Mokitano ya Wendo ». Dans « Gypsie » le son de la batterie n’était pas audible. Ce son a été volontairement étouffé pendant le mixage. Les techniciens de l’époque ne sachant pas prendre correctement la prise de son de cet instrument. Il fallait attendre l’arrivée de Jeff, un technicien congolais venu de l’Europe pour entendre clairement la batterie dans la rumba congolaise. Jeff qui a découvert la batterie en Europe, voulait l’entendre dans notre musique. Il a découvert que le studio de la « Renapéc » à Kinshasa avait deux pistes. Alors qu’à l’époque, on n’en utilisait qu’une. Les musiciens jouaient tous en même temps. Ils faisaient ce qu’ils appellent le « live ». C'est-à-dire le son direct. Mais, Jeff enregistrait la batterie sur une piste et le reste de l’orchestre sur l’autre. A l’audition de l’enregistrement à la fin de la séance, Rochereau voulut faire baisser le niveau de la batterie. Jeff lui répondit que c’était impossible. Il fallait recommencer toute la séance. Ce qui équivalait une autre séance, il fallait encore payer. Etant l’heure et devant le fait accompli, la chanson « Café Rica » plutôt « Bonane na Noël » sortit telle quelle sur le marché. Le même public qui protestait à chaque fois que Seskain voulait jouer son instrument pendant les concerts fut sous le charme. Au lieu de dormir sur ses lauriers, Seskain Molenga ne cessa pas de se perfectionner et de varier son style en y ajoutant d’autres innovations. C’est ainsi que, lors d’une tournée à Londres, Seskain s’est inspiré de Fela pour créer le rythme saccadé joué par les batteurs dans le « Soukouss » actuel. La chanson « Adeïto » en fut la première. Lorsque le Docteur Martin Luther King fut assassiné en 1968, Rochereau lui rendit hommage. Dans cette chanson « Martin Luther King » il cite Mao Tsé Toung et Che Guevara. Les étudiants du Campus de Kinshasa saluèrent son courage pour avoir cité les noms de ces révolutionnaires dans un pays dirigé par un dictateur pro occidental. Ces étudiants qui luttaient contre le régime de Mobutu trouvèrent en Rochereau le courage d’un révolutionnaire. Ils le surnommèrent : « Seigneur Rochereau ». C’est ainsi que Pascal Tabu dit Rochereau reçut le titre de Seigneur. Nous ne pouvons pas parler du seigneur Tabu Ley Rochereau et son African Fiesta National, devenu en 1971, l'Afrisa International sans parler du Grand Maître Franco Luambo Makiadi et son Tout-Puissant Ok-Jazz. Ce sont deux représentants rivaux mais complémentaires de l'école Joseph Kabasele. D'ailleurs, certains observateurs comparaient ces deux branches de la musique congolaise aux relations qui existaient entre les blocs soviétique et américain. Mais ces deux branches rivales de l’école Kabasele Joseph finiront par se rapprocher par la rencontre musicale historique de Lwambo Franco et de Tabu Ley Rochereau dans « Lisanga ya banganga » (l’union des génies) en 1982. Cet événement fut rendu possible grâce à la volonté et aux efforts de l’homme d’affaires congolais Lusangi Fataki dit « Tchika-Tchika », le patron de « Safari club » à Bruxelles. Tchika-Tchika profita de la présence en Europe de ces deux géants de la musique congolaise. Incroyable mais vrai! Ces deux frères ennemis acceptèrent la proposition de faire une œuvre commune. Dès que cette initiative inimaginable fut rendue possible, Tchika-Tchika fît venir de l’Afrique de l’Est Mavatiku Michelino. Ce musicien symbolise mieux la passerelle entre ces deux branches de l’école Joseph Kabasele. Pour cet évènement historique, Michelino est le trait d’union entre l’African Fiesta et le T.P. Ok-Jazz. Il a été avec Rochereau de 1966 à 1968 et de 1969 à 1975, avec Franco de 1975 à 1978. C'est ainsi qu’il fut à juste titre qualifié de la troisième personnalité de cette union des génies, « Lisanga ya banganga ». Pour trouver l’équilibre entre la voix grave de Lwambo Makiadi Franco et la voix complètement différente de Tabu Ley Rochereau, c’est Pompon Kuleta et Josky Kiambukuta qui servirent de médiateurs. Une anedocte au sujet de Lisanga ya banganga démontre bien les relations ambiguës entre Franco et Rochereau et leurs génies créatifs respectifs. Rochereau alla montrer le texte de sa chanson qu’il vient d’écrire à Franco. Mais celui-ci refuse d’en savoir le contenu ni de prendre ce texte. Il demande seulement à Rochereau le jour et le lieu de l’enregistrement. - Je vais quand même te montrer tes passages. - Oh! Rochereau, ce n’est pas aujourd’hui que nous faisons ce métier. Dis-moi simplement quand je dois venir au studio d’enregistrement. Là, je verrai comment tu battras tes lèvres puis je t’accompagnerai. Ne t’inquiète pas Ley. Sur ces paroles, Rochereau n’insista plus. Si cette initiative échouait, se disait-il intérieurement, le peuple (mélomanes) saura à qui incomber cette lourde responsabilité. Quant à moi, ma bonne foi ne pourrait être mise en cause. Le jour « J », tout le monde était au studio d’enregistrement. Tout était prêt. Et Franco ne connaissait toujours pas la chanson ni le thème. Dès que Rochereau a ouvert la bouche pour chanter: « Nazoki molangi e e e... ». Il n’a même pas fini son idée, Franco reprend avec sa voix grave: « Nazoki molangi e e e... ». Et Rochereau d’un signe de la main en citant en même temps son nom, « O o Lwambo », l’interrompt et continue la chanson selon le texte initialement prévu. Franco l’écoute. Quand il finit son passage, il cite « Lwambo » et bouge la tête. Franco comprend et chante son passage ensuite. Il improvise sur-le-champ ses passages à lui. Rochereau remet son texte dans la poche de ses vêtements et écoute ce que dit Franco dans la chanson. Quand il finit, il cite « Ley » et bouge la tête. Rochereau comprend que c’est à son tour de chanter. Il se met lui aussi à improviser à partir de ce que chantait Franco. Pendant que Rochereau chante, Franco écoute et ainsi de suite. Ils improvisèrent même le passage où ils chantaient en chœur « Kinshasa makambo, oh mwana moto ». C’est Franco qui a donné le ton en plein enregistrement. Mais Rochereau a fait un autre couplet pour reprendre à son tour « Kinshasa makambo, oh mwana moto ». C’est ainsi qu’est née la chanson « Ngungi ». Cette rencontre est entrée dans l’histoire sous l’appellation « Lisanga ya banganga » (l’union des génies). Nom qu’ils ont trouvé eux-mêmes. Ils ont même chanté cet événement dans la chanson du même nom. (Traduction) Refrain: Lisanga ya banganga Refrain : L’union des génies Ya Lwambo Franco. Avec Lwambo Franco. Lisanga ya banganga L’union des génies Ya Tabu Ley Rochereau. Avec Tabu Ley Rochereau. Lisanga ya banganga L’union des génies Ya Mavatiku Michelino. Avec Mavatiku Michelino. Lisanga ya banganga L’union des génies Ya bayembi ban’a Zaïre. Avec des artistes musiciens du Zaïre. Le 12 février 1983, pendant que tout le monde parlait de « Lisanga ya banganga », Joseph Athanase Kabasele Tshamala alias Kallé Jeff, le Grand Kallé, le père de la musique congolaise moderne et fondateur de l’African-Jazz meurt. Franco était à Bruxelles, Rochereau à Paris. Ils voulaient voyager ensemble en avion pour assister aux obsèques de leur maître à tous. Mais malheureusement, ils ratèrent leur vol pour Kinshasa. Rochereau et Franco se regardèrent à l’aéroport et une question vînt à leur esprit. Le prochain vol est dans quelques jours. Mais en attendant, qu’allons-nous faire maintenant? Ils décident ensemble de faire une chanson en hommage à cet illustre disparu. Une fois au studio, Franco improvise avec Rochereau la chanson « In memoriam Kallé ». Après que Rochereau et Franco aient officiellement chanté et enregistré ensemble, leurs styles de musique respectifs se sont aussi sensiblement rapprochés. On pourrait presque parler du style « Lisanga ya banganga ». Du côté de l’Afrisa, nous pouvons prendre l’exemple des chansons comme « Loyenge » de Tabu Ley Rochereau et surtout « Bakwiti ya bozoba » de Dino Vangu où l’on retrouve le duo de Pompon Kuleta de l'Afrisa et de Josky Kiambukuta du Tout-Puissant Ok-Jazz. De son côté, Franco adopta à sa manière le style « Lisanga ya banganga » avec son Tout-Puissant Ok-Jazz. Le rôle de Rochereau est joué ici par le chanteur Madilu. Ce chanteur fut révélé dans les années soixante-dix dans l’orchestre Bakuba Mayopi. A l’époque, son style de chant et sa voix faisaient penser à Pépé Kallé. Dans le Tout-Puissant Ok-Jazz, Madilu a adopté le style du Seigneur Tabu Ley Rochereau. Le grand public découvrit le duo entre Franco et Madilu pour la première fois dans la chanson « Non! » de Franco. Avec le succès de cette chanson, ils furent ensemble « Mamou » du même auteur. Ils continuèrent jusqu’à faire « Mario », la chanson de Lwambo Makiadi Franco le grand Maître Yorgo la plus vendue au monde. Le jeudi 12 octobre 1989, le Grand maître Franco Luambo Makiadi nous quittait à Namur en Belgique. Et le Seigneur Tabu Ley se trouvant à Los Angeles aux Etats-Unis d’Amérique en ce moment-là, ne put pas venir avant l’enterrement. Il a quand même tenu à venir à Kinshasa. A son arrivée, il se rendit directement au cimetière de la Gombe. Il s’inclina sur la tombe de Franco en pleurant et demanda que Franco bénisse le Tout-Puissant Ok-Jazz. Et d’ajouter, Franco parti, la compétition ne sera plus la même que de son vivant. Après ce passage au cimetière, Rochereau disparaît aussi mystérieusement qu’il y venut. A son retour à Paris, il rend hommage à Franco en composant la chanson « Franco de Mi Amor », un des titres de l’album « Face à face ». (Traduction) Butu eyindi e, La nuit est tombée, Tango etani e. Le jour se lève. Bayei kopesa nga sango’te Lwambo akufi. On vient m’apprendre le décès de Lwambo. Mosika epayi nazali na suk’América, Du fin fond de l’Amérique, Natamboli moto, nagangi Je suis troublé et je crie. Mpo mpasi eleki. Car la douleur est très intense. Nakomi se kolelalela. Je me suis mis à pleurer Mpo nzoto ekomi somo mama. Car je suis envahi par l’émotion. Namona ndenge nabanda te, Je ne sais pas comment Nalela Lwambo na nga Franco. Pleurer mon Lwambo à moi, Franco. Nasali sali nyonso, J’ai fait tout mon possible, Nazongi mboka mbangu. Je suis rentré précipitamment au pays. Nakuti nzoto ya Franco te. Je n’ai plus trouvé le corps de Franco Nakuti se lilita. Seulement la tombe. Nalela ndenge nini. Comment pourrai-je pleurer Lwambo dit Franco, lipasa na nga. Lwambo dit Franco, mon frère jumeau. Franco Franco de Mi Amor, Franco Franco de Mi Amor, Franco azangi biso e. Franco nous manque. Nasali sali nyonso, J’ai fait tout mon possible, Nazongi mboka mbangu. Je suis rentré précipitamment au pays. Nakuti nzoto ya Franco te. Je n’ai plus trouvé le corps de Franco Nakuti se lilita. Seulement la tombe. Nalela ndenge nini. Comment pourrai-je pleurer Lwambo dit Franco, lipasa na nga. Lwambo dit Franco, mon frère jumeau. Franco Franco de Mi Amor, Franco Franco de Mi Amor, Franco azangi biso e. Franco nous manque. Engambe mobali alali kaka boye, Un grand gaillard est ainsi étendu, La vie ekomi somo, mama. La vie devient horrible, maman. Zaïre na Congo, Afrika, mokili mobimba Le Zaïre, le Congo, l’Afrique et le monde entier, Tolela dit Franco o. Pleurons notre ami Franco. Choeur: Sango ya mawa e Chœur : Triste nouvelle Sango ya mawa e Triste nouvelle Sango ya mawa na liwa ya Lwambo Triste nouvelle qu’est la mort de Franco. Sango ya mawa Triste nouvelle Sango ya mawa e Triste nouvelle Sango ya mawa e Triste nouvelle. Franco akeyi totikali kaka mitema mawa. Franco est parti en nous laissant le cœur orphelin. - Engambe mobali alali kaka boye, Tabu, - Un grand gaillard est ainsi étendu, Tabu, Nalela Lwambo Franco e Pleurons Lwambo Franco. Ye e e, nga mwana mama. Ye e e, moi, fils à ma mère. Refrain: Sango ya mawa e Refrain : Triste nouvelle Sango ya mawa e Triste nouvelle Franco akeyi totikali kaka mitema mawa. Franco est parti en nous laissant le cœur orphelin. -Franco otiki mama na famille mpe na bana na nani e, -Franco, à qui confies-tu, maman, les enfants et la famille, Franco. Franco. Olandi Bavon boye. Tu as suivi Bavon Mokumba oyo nyonso otiki na Marie-Louise, ngo yo. En laissant ainsi toute la charge à Marie- Louise. Refrain: Refrain : - Okende, totikali na mawa - Tu es parti, nous sommes restés dans la tristesse, Bana mboka Rumba Odemba e. Membres de la Rumba Odemba. La Mode, l’Amida, la Violette, La Mode, l’Amida et la Violette, Tolela Franco. Pleurons Franco. Refrain: Refrain : (Pause musicale). (Pause musicale). Refrain: Refrain : - Bana Zaïre na bana Kinshasa, - Enfants du Zaïre, de Kinshasa, Ban’Afrika mobimba tolela Lwambo Franco. De toute l’Afrique, Pleurons Lwambo Franco. Tolela a Lwambo e Pleurons Lwambo Franco de Mi Amor. Franco de Mi Amor. Refrain: Refrain : - Totikali mpamba na Umuza, - Nous sommes restés seuls dans l’Umuza, Maboko mpamba e, Les mains vides, Bakonzi bakeyi e dit e. Les chefs sont partis, mes amis. Kallé na Longomba, Nico Kallé, Longomba et Nico Bakeyi, batiki biso ban’etiké dit ngo yo. Sont partis en nous laissant orphelins. Refrain : Refrain : -Bingambé mibali bakeyi e - Les géants sont partis Banzoko, bankoyi bakeyi e Les pachydermes et les fauves sont partis, Totikali mpamba, tolela nga na nani o. Avec qui allons-nous partager la tristesse. Refrain: Refrain : A la fin du siècle dernier, Rochereau, qui a été l’inspirateur aussi bien comme chanteur et auteur de beaucoup de générations d’artistes congolais voire africains, annonce officiellement dans une conférence de presse tenue au salon Lubumbashi de l’hôtel Intercontinental de Kinshasa, le 08 février 2000, sa décision de se retirer de la profession musicale. Avant de lancer officiellement le début des manifestations de son jubilé, le Seigneur Rochereau a tenu à démentir une rumeur qui courait à son sujet. « En effet, depuis deux bonnes semaines, un bruit persistant court dans le monde entier faisant état de mon décès ! Je ne sais par qui, ni comment, ni pourquoi, cette information de radio trottoir a été diffusée. Aurait-on confondu mon retrait de scène avec ma mort, Ou souhaitait-on tout simplement que je disparaisse physiquement de cette terre ? Dans tous les cas, comme je l’avais chanté à une occasion, liwa ya Tabu ezali na maboko ya Yezu (la mort de Tabu est entre les mains de Jésus), et c’est lui seul qui décidera de m’ôter la vie. Pour le moment, je compte encore parmi les vivants, puisque je suis entrain de m’adresser à cet auguste assemblé ! » Il a lancé par la même occasion « Jubile-Ley », une revue musicale. Après son jubilé, il s’est lancé dans la politique. Il a été député puis vice-gouverneur de la ville de Kinshasa. Apports littéraires et artistiques de Rochereau Par leurs créations, Rochereau et ses collaborateurs musiciens, tels que Michelino Mavatiku Visi et Dino Vangu, sont à l'origine d'un grand nombre d'expressions idiomatiques, proverbes et nouveaux vocabulaires. - « Mongali »: Amant; - "Mon mari est capable": Une teinture de wax; - "Kiyedi": le billet de 10 zaïres (la grosse coupure de la monnaie zaïroise de l'époque)... -"Eloko elingi moto, atako bopekisi, bokokamwa." (La volonté ou la détermination d'une personne, malgré des oppositions, peut surprendre.) - "Ezalaka nsoni mingi mwasi abanda mobali."(Il est très difficile, par pudeur, à une femme de prendre l'initiative d'une liaison.) - "Mbisi elandaka nse epayi mayi ekotiola, mwasi alandaka nse ndako ya mosolo." (Le poisson est attiré par le cours d'eau, la femme par où demeure l'argent.) Innovateur, Rochereau a permis l'introduction dans la musique congolaise moderne de la batterie avec Seskain Molenga, de la guitare "mi-solo" avec Faugus etc... -Il est le premier africain à intégrer des danseuses dans ses spectacles, les fameuses « rocherettes » ou « leyettes ». - Souvent en avance par rapport à son époque, il eût des approches de certains courants comme le Disco en 1964 dans la chanson « Ida », du reggae dans « Ekeseni », du Funk dans « Bwalé », du rapp dans « Nzalé », « Amour Nala », « Kaful Mayay » en 1974 ou « Bituide » en 1992. - Il est aussi le créateur en 1966 du Soukous, variante saccadée de la rumba. Auteur, compositeur, arrangeur, chanteur, danseur et chorégraphe, le Poète Tabu Ley dit Rochereau est aussi un remarquable homme d’affaire, éditeur et producteur. Il a produit pour la télévision des films musicaux promotionnels, aujourd’hui « clips » de ses chansons, telles que « Lal a biy », « Nzalé », « Kiwele-wele »... On ne compte plus les artistes qui se déclarant héritiers spirituels de « Roche ». José NZOLANI et Serge DIANTANTU
Mokolo nakokufa
Yombé
Owambé
Pascal Tabu Ley Rochereau : À tout Seigneur, tout honneur !
RETOUR VERS LE SITEMazé
Vos réactions Juste un petit mot pour rendre hommage a ce géant de la musique africaine et congolaise en particulier. Une musique qui a travers des ages et des générations sans la moindre altération. Une musique dans laquelle tout le monde trouve sa place : bébé, enfant, jeune, adulte et vieux. En voulant savoir un peu plus sur sa mort, je suis tombée sur la chanson BEBE et j ai compris qu il avait encore de l énergie et du talent a partager. POSA NA YO ESILI TE TABU YA PAPA AAAAA. Et je dédie la chanson BEBE à tous ses enfants dans le monde entier qui ont pour l instant un coeur brise, un coeur déchire par le départ d un papa FORMIDABLE. Il a peut être reçu quelque chose de ses parents pour produire le résultat que nous admirons tous mais il a également forge son destin. Même la plus belle ROSE ne donne que ce qu elle a et Il vous a donne ce qu il avait. Gardez-vous de perdre l héritage que vous avez reçu de votre PAPA. Il sera maintenant une absence présente dans votre vie et Il mourra réellement le jour ou vous n évoquerez plus ses oeuvres grandioses et son NOM. Esther Atandjo ************************************************ A toutes sa famille biologique, que musical soie tjr fort a remonte la pante qui e si dur. Toute mes condoléance les plus attriste qu'adonnai vous sèche le larme tan verse. Courage a vous restez tjrs unie que personnes vous divise Trésor N'kiere ************************************************ Le Seigneur LEY est plus qu'un grand Icon du monde musical africain. Le monde entier pleure la disparition de ce baobab qui continuera à faire bouger et danser à jamais les vivants. Paix à son âme comme il a dit de son vivant qu'il sera le plus calme dans sa tombe puisque conscient d'avoir travaillé la musique. Antoine Asani ************************************************ Toutes mes Condoléances à toute sa famille et à tous ses proches. Que son âme en Paix, après cet énorme travail artistique. Il a su divertir, instruire, et amusé d'innombrables personnes. Très talentueux Artiste. Adieux Maître.... ZEPHYRIN MAYETA LEKOSSA ************************************************ Dans les années 1970s, j'avais établi une correspondance personnelle avec Rochereau. Je suis l'un des plus admirés par sa musique avec laquelle j'ai grandi dès mon enfance. Sa mort constitue pour moi une perte irréparable du point de vue physique, mais il sera vivant dans la mémoire de ceux qui l'ont connu en vie et ceux qui viendront le connaître par son oeuvre. Je demande aux autorités congolaises de ne pas laisser mourir son travail, et de lui dédier un monument. Que son âme repose en paix! Kiankalu Kianikazowa Luanda - République d'Angola ************************************************ Tabu Ley Rochereau Pascal Tu as chanté "Mokolo na ko kufa, nous y voici. A quelques heures de ton dernier soupir Bon nombre d'entre nous ont choisi Un menhir pour ériger ton souvenir Le Grand Kalle t'a initié au star-system Et depuis, peu importe l'époque Yé-yé ou 'jenspilé', tu restes un emblème Rimes et rythmes dans tes 2000 poèmes Oligarchie musical de la rumba C'est toi le 1er artiste Africain à l'Olympia Homme d'engagement pour Lipopo la belle "Exil Ley" en Belgique après les USA Reposes donc sur la terre de tes ancêtres Et racontes-leur comment tu es devenu l'un des leurs Artiste international, nous t'appelons "seigneur" Unanimement et sans risquer de blasphème Prix Mondial de la Musique en 2008 et Musicien du siècle en 2000 Alpha Blondy, Youssou Ndour, Dibango, Makeba et Keita Se sont inclinés sans bruit C'est encore toi qui inspire le zouk A tes "Rocherettes" tu offre une rumba-pop-rythm'n blues L'inventeur de génie du "Soum Djoum" Ecrivain en sol majeur d'une autre histoire du Kongo Adios ! Mireille-Tsheusi ************************************************ A Dieu papa roche ke ton âme repose en paix. Raphaël Dinanga ************************************************ Nzambe a pesaka pe azuaka. Bouba Kazadi ************************************************ Que asua alma descanca em paz, ele ficarra para sempre na mentes dos povos africanos em particulares e no mundo enteiro Joao mayele ngangu ************************************************ TABU LEY était et restera le plus grand musicien des deux Congo et d'Afrique. Dans ma jeunesse et jusqu'a ce jour j’admire sa musique et son style très original. Que son âme se repose en paix. Joseph MPOUKI ********* *************************************** Bonjour vraiment grand hommage a ce grand homme ! Je suis de nationalité Gabonaise nous pleureront sans cessent car mon grand frère me berçait avec ces chansons. Je ne lui dis pas a Dieu mais plutôt un au revoir Sincère condoléance à la famille LEY Emile Emeric NGOUNGA *********************************************** Son oeuvre immortalise tout un pan de l'histoire congolaise pré et post-indépendance. Sa discographie nous permet de passer en revue l'évolution sociale de notre pays, de nous souvenir des jours heureux où tous les rêves étaient à lors permis et de mesurer, aujourd'hui, toute l'étendue du drame congolais. .... Sa musique rappelle des jours heureux à jamais révolus. Tabu Ley constitue notre mémoire collective. Parmi les derniers de sa génération, sa disparition marque la fin d'une époque. Il ne nous reste plus qu'à saluer cet immense artiste. Idole incontestée de sa génération, celle de mon père. Référence musicale de mes jeunes frères. A jamais immortel dans le Panthéon des artistes congolais blikelyd ************************************************ Papa Tabu Ley, tu viens de nous quitter et nous sommes resté orphelin. Bien sur à travers tes oeuvres, tu seras toujours parmi nous. Que la terre de nos ancêtres te soit douce papa. ADIEU LEY Kinankaziu Nkilankosi ************************************************ Suite au décès de roi de la rumba congolaise,le samedi dernier a Bruxelles, je présente mes condoléances a la famille Tabu ley et a toute famille musicale congolaise. Marshall ALINYAY. ************************************************ Mes condoléances à sa famille. Virginie Engouani ************************************************ Que ton âme repose ne paix et mes condoléance à la famille depuis les USA Lauremorax Dzouolo ************************************************ Rochereau Tabu Ley est réellement une figure rare de la RDC. Que son ame repose en paix et la terre de nos ancêtres lui soit douce, Chtsanthe Lobo ************************************************ Hommage à une personne qui a su faire de sa passion son métier et qui a su l'ouvrir aux autres. Papa Tabu Ley Que ton âme repose en paix, respect a toi Papa, ton image restera gravé dans nos coeurs... Que le Seigneur t'accueil dans son Royaume... ! Courage a toute la Famille... ! Laura Unbeatable ************************************************ On a toujours les yeux mouillés et le cœur qui saigne depuis ton décès, le décès de la personnes la plus chère à nos cœurs, notre Père et Ambassadeur, le Roi de la Rumba Tabu Ley. Je ne vous solliciterai que pour des douaas sincères et compatissantes... Que Dieu l'accepte en son vaste paradis et lui pardon... qu'Il l'éloigne de la vision de l'enfer... Que Dieu lui pardonne ses pêchés et qu'Il allège son châtiment... Oh Dieu, c'est Toi qui crées et c'est vers Toi que nous retournons... Message personnel : soyons humbles et justes dans nos actes et nos paroles, soyons bons et pratiquons la religion de Dieu dans toute sa splendeur et sa vérité, pardonnons comme on aimerait que Dieu pardonne nos péchés... La vie, aussi longue soit-elle, dot être réservée à l'adoration et à la crainte de Dieu exclusivement, le reste n'est que superficialité... Posons-nous les bonnes questions et réfléchissons sur la portée de nos actes, bons ou mauvais... Mokolo mosusu ngai nakanisi Naloti lokola ngai nakolala A mama Mokolo nakokufa Mokolo nakokufa, nani akolela ngai ? Nakoyeba te o Tika namilela. Liwa ya zamba soki mpe liwa ya mboka Liwa ya mpasi soki mpe liwa ya mai O mama Mokolo nakokufa Mokolo nakokufa, ngai motu ya pauvre Nakanisa Ida mwasi oyo nabala Nakanisa kaka bana nabota Nasepelaka mpasi ya mokili ezali kotikala Mokolo nakokufa Mokolo nakokufa, ngáí moto ya mbóngo Nakanisa falánga míngi óyo natíkí Nakanisa lopángo na bakaminyó Nakanisa bána ngáí natínda na Mpótó Mamá Mokolo nakokufa Mokolo nakokufa, ngáí moto ya kwíti Nakanisa kobóya masanga na ngá’ Nakanisa níni na nsúka na sánzá ntángo namelaka ngáí na baníngá A Mamá Mokolo nakokufa Mokolo nakokufa, ngáí mwásí ya ndúmbá Nakanisa níni káka perruque na ngá’ Nakanisa níni káka na bilambá nakolela káka African-Fiesta etíkala Mamá Mokolo nakokufa Ahmed Benbella ************************************************ Nous venons de perdre un grand artiste de tout les temps. Tu resteras à jamais dans nos cœurs, que le seigneur te garde, repose en paix, seigneur Rocherau … PATRICE ENGONE RIO ************************************************ Nous venons de perdre un grand artiste de tout les temps. Dieu te protège le grand rocherooooooo . Amara Bamba ************************************************ Nous venons de perdre un grand artiste de tout les temps. Que son âme repose en paix Fekeins Cazadi ************************************************ Tu étais comme un père pour les congolaise et tu as appris beaucoup au peuple congolais. Merci beaucoup, merci et grâce a vous les nouveau artiste on appris beaucoup. Merci, tu resteras toujours dans nos cœurs. Samuel Henri ************************************************ Paix a son âme! Nous venons de perdre un Poids Lourd au sein de notre musique congolaise! Nous pouvons être fiers des oeuvres artistiques qu'il nous laisse!!! Okitangomo SHONDA ************************************************ Tabu Ley demeure et demeurera le plus grand musicien de la RDC. Dans un pays où la langue musicale est le lingala, Tabu Ley a marqué la différence en écrivant des chansons en français en terminant les vers de ses mélodies avec des rimes. Il a aussi e écrit des oeuvres en espagnol et en anglais. Ce que de nombreux musiciens congolais n'ont pas encore réalisé. JEAN-BAPTISTE BOKANGO ************************************************ Pour moi tabu ley c'est une icône de la musique congolaise jusqu'à nos jours. Il restera notre fierté nationale. Je me souviens de ma maman qui adoré la musique de seigneur Ley. Aristide Amisi ************************************************ Je suis Centrafricain. Tout jeune, les mélodies de Tabu Ley Rochereau ont bercé ma tendre enfance. Des chansons que les copains et moi fredonnions a longueur de journée, sur les chemins de l'école, a la maison etc. Il faut dire que je recevais régulièrement de Kin, les "Nzembo ya bana mboka" (recueil des chansons congolaises) vendus sur les places du marche, au point que je connaissais toutes ses chansons par cœur, sans parler le lingala. Ma grande joie et surtout mon rêve étaient de voir Rochereau sur scène. L'occasion se présenta en 1969, pendant mes vacances a Brazzaville ou il était venu avec son orchestre, l'African Fiesta, animer le bal des postiers. C'était l'époque ou il venait de sortir son premier 33 tours, Mokitani ya Wendo, dédicace par le président Senghor. Ensuite, j'ai traversé a Kin ou j'ai pu de nouveau le rencontrer grâce un cousin, Michel, qui était l'un de ses meilleurs amis. A cette occasion, il m'avait invité a sa soirée au Black and White, situe a Bandalungwa. C'était le moment le plus merveilleux de ma vie, d'autant plus qu'il m'avait offert un exemplaire de son album comportant de fabuleux titres: Amarie-Clara, Hortense, Christine...Je pouvais m'enorgueillir d'être le premier a faire écouter cela aux auditeurs de Radio Centrafrique. La cerise sur le gâteau, c'est l'immense privilège que j'ai eu de l'interviewer pour le compte de la radio, lors de son passage a Bangui, a l'invitation du président Bokassa, sur le chemin de l'Olympia. Des souvenirs que je n'oublierai jamais. En tout cas, merci Tabu Ley Rochereau, merci d'avoir bercé mon existence par vos mélodies qui étaient de véritables poésies chantées. Que Dieu vous bénisse, l'artiste ! Félix Yepassis-Zembrou ************************************************ Pour moi, c’est parmi l'un de génie du monde. Par contre vous avez oublié de citer MBILLIA BEL parmi les grandes réalisations de ce fils du CONGO et d'AFRIQUE!!!!!!!! Qui ne connaît pas le seigneur LEY ? Tous les hommes politiques, présidents, ministres … qui dirigent aujourd'hui l'Afrique ont tous fredonné et dansé aux rythmes de ce génie Je leur demande tout simplement de lui faire un grand film digne de son rang. Molengi Kapita ************************************************ Jamais musicien n'a autant chanté la femme dans sa grandeur et dans ses travers. Pourquoi ne pas dédié une journée de la femme Journée TABU LEY. Merci de nous avoir magnifié. Que Dieu vous garde longtemps en vie et qu\'Il vous bénisse. Meilleure santé, Binetou ************************************************ TABU LEY ROCHEREAU, Nôtre Icône de la musique congolaise est l'une de nos plus grandes vedettes. Avec lui notre musique a connu une grande envolée. Il est parmi ceux qui ont fait rayonner cette musique à travers le monde. C'est incontestable. Une musique de qualité, sans tabou, appréciée à travers le monde. Personnellement, je l'avais connu à l'Athénée de Kalina de Léopoldville lorsqu'il y travaillait (comme agent dans l'administration centrale).J'étais élève. De retour d'Europe, dans ma vie active, je l'avais à mainte reprises reçu sur les plateaux de la télévision pour ses interviews et ses différentes interprétations dans (''Kin - show'', ''Samedi - Soir'' et autres. J'étais Directeur de la Télévision Nationale. Nous étions devenus très proches et même amis. Un jour, je lui rendis un service appréciable et ce, trois jours avant les fêtes de Noël et de Nouvel - An, il y a plusieurs années. Dès son retour du Kenya, il m'offrit un disque qu'il composa pour notre Night - Club' ''Café Rica'' très connu des Kinois à l'époque. C'était là sa façon de nous remercier. Cette marque de confiance et d'attachement nous impressionna beaucoup. Ceci détermine la qualité de l'éducation qu'il avait reçu de ses proches. Je lui souhaite prompte rétablissement, qu'il reçoive les remerciements de ma famille, nos encouragements, nos félicitations et toute notre gratitude pour cette marque de confiance. Je suis depuis un certain temps en Europe malheureusement, je l'ai manqué de peu. Mais je suis de coeur avec lui. Nous prions le Seigneur, le ''DIEU TOUT PUISSANT'' qu'IL l'assiste dans ses moments des dures épreuves et qu'il sache qu'il a des frères qui ne l'oubliera jamais. Jo TALA - NGAÏ. Consultant. ************************************************ C'est un grand Monsieur, Tabou Ley. Son fils en est l'une des preuves. Big respect PAPA ! VALENTIN SOVIDE ************************************************ Tabu Ley est un grand monsieur de la musique. Il a bercé mon enfance et ma jeunesse. (salut l'artiste ) . edouard vivilo ************************************************ Monsieur Rochereau, Merci,merci et merci pour service rendu à la musique et à la culture Africaine. Que Dieu vous prete longue vie et bonheur. Merci.Mr Diawara Kédian ************************************************ Salut et merci au Congo et merci infiniment je ne suis pas congolais, mais c’est grâce à Tabu Ley, sa voix, sa musique et son talent hors pair que je connais le Congo. Il a bercé mon enfance et ma jeunesse. Il est dans mon coeur. C'est un dinosaure de la musique car par lui beaucoup des musiques et des musiciens sont nés. Je suis du Niger et j'adore le Zaïre-Congo grâce à la rumba et le lingala. Mahaman India Abdramane ************************************************ PAPA TABU LEY tu restes une icône de la musique africaine. Personne ne dira le contraire. J’espère que les générations actuelles, originaires de la RDC surtout vont essayer de t imiter positivement plutôt que de passer le temps a composer des chansons vides pour dédicacer tel ou tel, ou a se jeter des pierres pour des raisons insensées. Je te souhaite longue vie. MAURICE DJONTU ************************************************ Bonjour à tous. je ne suis pas congolaise mais j\'ai quand même été bercée dans mon enfance par cette voix voilée que j\'adore encore.... Bonne idée ce site en hommage. Isabelle Bulczynski ************************************************ Bravo mon grand frère difficile de t'oublier avec ta fameuse chanson"Ce soir sur la rivière" que je répétais sans connaître le contenu .Aujourd'hui moi aussi je vieilli mais je sais ce que ça veut dire' la fétiche que tu avais dans ta chambre'au temps là. maurice nyandwi ************************************************ Je suis un admirateur de Rochereau depuis ma petite enfance, depuis 1963 précisément. Toutes ces chansons me sont connues et je les chante parfaitement. J'apprécie particulièrement Souza et Monano, des perles de son répertoires. Je suis français né au Togo où j'ai pour la première fois écouté ce grand classique de la musique d'Afrique. Où en est sa santé ? J'aimerais faire le déplacement de Poitiers où je vis pour le voir de mes yeux! Un fidèle parmi les plus fidèles. Emmanuel Bocco ************************************************ Je me réjouis d'avoir vécu une enfance bercée par des musiciens africains et du monde comme Tabu Ley. Je félicite ce modèle d'audace et de créativité qu'a déjà été Tabu Ley. Je suis gabonais né dans le nord du pays. Je rends hommage à mon idole Tabu Ley, entre autres choses, pour la variété de ses chansons. Je l'ai imité depuis mon jeune âge, au point de me faire surnommer Tabu Ley Rochereau depuis le primaire. Mon petit répertoire regorge de chansons qui feraient facile demander d'où est-ce que je sors ceci ou cela. Ce que j'ai pris de Tabu Ley, au passage, c'est cet amour du "soi culturel" qui est la source, à mon avis, de sa grande prolixité artistique. Ma prière à Dieu trois fois saint est pour son rétablissement. Je remercie Dieu d'avoir caressé mes oreilles par des chansons de Taby Ley telles que Suke, Georgina, Mimi Ley, Karibou ya bintu. Merci pour votre mission, Tabu Ley. Jérôme Ndong Ékouaga ************************************************ Je viens rendre hommage à mon idole, Pascal Tabu Rochereau. Pour moi, parler de Rochereau en quelque ligne c´est insulte. Il y a aussi au Congo d’aujourd’hui, tout le monde veut parler de choses qu`ils ne connaissent pas. Pour moi il est le plus grand musicien de tout le temps, Il y a une vérité qui échappe au congolais ils ne savent pas ceux que représentent Rochereau pour la musique. En Afrique, en particulier en Angola dans toute les fêtes surtout officielles avant que la fête commence, il faut d`abord Rochereau. Je sais qu’à Kinshasa y avaient beaucoup des orchestres, mais pour nous la vraie musique c’était Rochereau. J ai`été très déçu que un grand musicien (soit disant) il ne peut pas chanter les chants de mon idole, vraiment acte était bien pose, mais!!! Moi je ne suis pas musicien, je chante 90% de chants de rochereau dans ma tête. J`ai un grand souvenir de Rochereau (une photo de 1967) à l`époque on affiché les photos de vedettes a Victoire, et j`ai eu la chance je ne sais pas voler ou pas, puisque j´avais 9ans, mais le meilleur souvenir que j`ai de Kinshasa. Même pendant la Guerre chez nous, le seul objet que je garde c`est la photo de mon idole. Chaque jour ma musique que j`écoute c`est rochereau: Zaiko et Viva C`est ma jeunesse. Je salue tous les fans de Rochereau. Alexis Joao Ricardo Kiangla Kibunina ************************************************ Un grand remerciement à l'auteur de cet article qui nous a fait revivre notre jeunesse, d'abord aux originaires de deux Congo, ensuite de l'Afrique Centrale et de l'Afrique en générale pour ne parler que des mélomanes qui ont connu à l'époque cette belle voix angélique du Seigneur TABU Rochereau Pascal. Plus tard sa renommée a atteint les horizons planétaires. Nous connaissons et admirons l'artiste par son grand talent de chanteur compositeur et interprète, mais aussi celui de danseur chorégraphe. Car, il est le premier grand artiste de l'Afrique centrale, à ma connaissance avoir représenté dignement le continent sur la scène internationnalle de l'Olympia à Paris. Son passage dans cette salle de renommée mondiale est inoubliable. C'est la preuve de son travail accompli depuis de très longues années. Mon admiration envers ce grand homme de la culture est inestimable. Son œuvre immortelle restera gravée à jamais dans l'histoire de la musique congolaise moderne, elle servira d'exemple aux générations futures. Certaines de ses chansons pourraient être enseignées en littérature dans notre enseignement. Que le Tout-puissant lui prête longue est heureuse vie. Simon MUKE / TOULOUSE (France) ************************************************ Voici l’Auteur de la chanson "Adios Tete" avec ces quelques phrases me rappelant toute ma jeunesse: "TOBANDAKI ALLIANCE YA NGAI NA YO BANDA BUMUANA, NAYEBAKI TE TETE SOKI OKOTIKA NGAI NA KATI YA LONDENDE BOYE ...." Jusqu'aujourd'hui, quand j’entend cette chanson, j'ai des larmes aux yeux pour ma vie passée, pour mes parents, amis et mes connaissances sans oublier mon pays LE GRAND CONGO et spécialement la ville de KINSHASA et précisément la zone de BANDAL MAKELELE ex Synkin. Rochereau Tabou Ley est un grand musicien sur le plan mondial avec Kalle Jeff, Franco, Nico. Toute l'Afrique pleure ces musiciens congolais. J'ai des amis ouest africains comme ceux de l'Est de l'Afrique qui sont a la recherche de cette musique qui ne vieilli jamais. Bon Anniversaire a Tabou Ley Rochereau, que Le Très-Haut le bénisse abondamment pour tant de plaisir qu'il nous a fait et continue a nous faire sur cette terre. Mbiye Christophe Tshibamba ************************************************ Salut Serge , Bon boulot de ta part . Tabu Ley est un monument de la musique R.D. Congolaise en particulier , d'Afrique et du Monde en général . Qu'il ait longue vie . Ben CKISSONGY ************************************************ TABU LEY ROCHEREAU! UN NOM, UNE HISTOIRE. UN "TRES" GRAND ARTISTE MUSICIEN DONT, NON SEULEMENT LE CONGO MAIS TOUTE L'AFRIQUE ET TOUS LES FERUS DE LA BONNE MUSIQUE, LA VRAIE, DEVRAIENT ETRE TRES FIERS. MALHEUREUSEMENT, CE PASSAGE A VIDE QUI A SUIVI SON PASSAGE EPHEMERE DANS L'ARENE POLITIQUE RISQUENT DE LUI PORTER PREJUDICE ET TERNIR TANT SOI PEU CETTE IMAGE DE MARQUE. J\'ESPERE TOUTEFOIS QU'IL SAURA BIEN JOUIR DE LA CLEMENCE LEGENDAIRE DU PEUPLE CONGOLAIS, SURTOUT AU REGARD DU RAYONNEMENT DONT AURA JOUI SON PAYS SUR L'ECHIQUIER INTERNATIONAL A TRAVERS SA CARRIERE MUSICALE. QUE LE TRES-HAUT LE GARDE ENCORE PARMI NOUS. Freddy Kabongo ************************************************ Personnellement , je me sens dans moi comme si je suis Rochereau , Pascal , Tabu Ley depuis la prise de connaissance de sa musique et disques . Je ne me rappelle plus à quelle année et si j' avais quel âge ? Le manque de mots me rend fou de cet homme . Bref , c’ est un Don de dieu pour notre pays et l' Afrique entière . Il lui faut un monument à Kinshasa et à chaque province . Je l' ai vu une seule fois dans ma vie , de son retour d' Olympia où il a représenté l' Afrique entière en musique et chansons au stade de foot à Kikwit . Il chantait avec son groupe et les Rocherettes dansaient au podium et je l' imitais au sol pendant que j' étais en deuxième année de cycle d' orientation . A 58 ans , je danse comme Rochereau Pascal Tabu Ley . Je ne conteste pas Franco qui est mort très tôt et les autres artistes mais je les mets et classe chacun à sa place . Quand je joue les quelques vidéos de Tabu Ley , je dis à mon épouse qui est Française , regarde cet homme , un Don et un Peuple . Comment il chante et danse . La grande Avenue devant la notre maison est l Avenue Rochereau Denfer à 17300 Rochefort . A chaque voyage en partant à Angoulème , nous traversons un village au nom de Rochereau , de fois les larmes coulent de mes yeux comme si Tabu Ley est ce village , comme s' il est là , comme ce peuple est Rochereau Pascal Tabu Ley et je demande à mon épouse d' arrêter la voiture et allons dire bonjour à mon grand - frère . Rochereau est un village , Rochereau est un pays , Rochereau est Congo , Rochereau est Afrique , Rochereau est monde et Rochereau est peuple et humanité . Le monde a dansé à son rythme et le monde a jeté le regard sur lui . Dosithée Pika ************************************************ Parlant de Tabu Ley, il est jusqu'à présent la seule vedette Congolaise qui a fait ses preuves à travers le monde. Maintenant qu'il est encore vivant, nous devons tous sans préjudice l'honorer à sa grande valeur. Chacun de nous a dansé à son rythme envoûtant de joie et parfois de mélancolie. Je connaissais Papa Pascal dit Rochereau à Limeté, la famille se connaissait aussi. Quand je vivais au Congo (Kinshasa), je ne manquais pas d'acheter ses tubes. Tabu Ley, est un baobab de la musique Congolaise, il a formé d'une manière ou d'une autre, la nouvelle génération Congolaise. Quand je passais voir Tété sa femme, qui était aussi comme ma deuxième mère, on parlait de tout et de rien. Loin ma patrie depuis vingt cinq ans, je dis à mes enfants qui ne sont pas Congolais, comment ce Monsieur Tabu Ley nous a fait danser. Quand suis passée en Europe, suis allée le voir dans son lit d'hôpital, j'avais larmes à l'oeil de voir, comment Papa Rochereau ne peut parler comme avant, quand il passait voir ses amis (mon Papa en outre). C'était un Monsieur. Tout Limeté parlait de son charme, de sa générosité. Prions pour Tabu Ley aussi, au lieu seulement de chanter ses chansons. Ils étaient deux, Papa Lwambo Makiadi et lui, l'autre est parti très vite, le seul qui nous reste est Tabu Ley. Quoi qu'on fasse, ils seront des immortels à nos yeux. Qu'il retrouve sa santé, tenons nous la main dans la main pour la prière, que le bon Dieu lui donne force et santé. Lawrence Nana Ottawa, Canada. ************************************************ Merci mfumu Diantantu pour ce témoignage d'estime et de respect adressé à un digne fils du CONGO et un géant de notre musique. Si nos jeunes qui se réclament de lui pouvaient faire pareil, ils nous épargneraient des insanités et autres querelles stériles qui suscitent honte et colère en même temps. Hommage à TABU LEY et à son oeuvre. Que les dieux de nos ancêtres qui ont largement inspiré son oeuvre lui accordent quiétude et paix du coeur pendant ses moments difficiles. BON ANNIVERSAIRE SEIGNEUR LEY! LEWO DIKANDA ************************************************ Les chansons de «Ley» sont des références parfaites des étapes de ma vie. Ses textes m'ouvrent «l'intelligence...». Que Jésus-Christ seul lui récompense à cet effet. Richard Mbwaki ************************************************ Toutes les bonnes choses durant les reste de ta vie et bon anniversaire Ley. Charly Meta ************************************************ SALUTATIONS CHALEUREUSES ARTISTIQUES ET RESPECTUEUSES A L'ARTISTE HELAS J’AI LE REGRET DE DIRE TOUT SIMPLEMENT QUE PAR MANQUE DE BONNES STRUCTURES LA CONTINUITE DE SES BIBLIOTHEQUES VIVANTS N'AURONT PEUT-ETRE PAS DE SUITE ET PASSERONT DANS LES OUBLIETTES COMME VOUS POUVEZ LE CONSTATER SUR LES ARTISTES QUI NE SONT PLUS DE CE MONDE. MERCI ET BRAVO SERGE DIANTANTU & JOSE POUR LES OEUVRES AU NOM DE LA R.D.C ET AUX PEUPLES DU MONDE. HOMMAGE A TABU LEY DONT J'AI EU LA CHANCE D'AVOIR QUELQUES AMITIES A TITRE D'EXEMPLE J'AVAIS PARTICIPE AU MIXAGE AVEC TABU LEY- FEU OLEMI ESHAR PAIX EN SON AMME ET MOI DANS LA CHANSON KEYNA CHANTEE PAR MBILIA AU STUDIO HAXO A PARIS EN 1984. TABU LEY ARTISTE DE TALENT DONT TES OEUVRES DURERONT A JAMAIS. BOSS YAKINI KIESSE Auteur -Compositeur & Producteur ************************************************ Je présente mes hommages à ce monument de la musique zaïro-angolais q'est Tabu ley Rochereau et lui souhaite un heureux anniversaire. Sa musique a bercé notre jeunesse et continue jusqu'à ce jour à nous procurer d'agréables moments de détente. L'importance et la qualité de l'oeuvre de Rochereau méritent d'être classé au rang du patrimoine national. Bon anniversaire Seigneur Ley et merci pour l'ensemble de ton oeuvre. Jean Matthieu Mangnbau Balagani. ************************************************ Mes hommages à notre grand musicien, et qui est aussi une grande bibliothèque artistique de tout les temps pour toute l’Afrique. Longévité, que vos œuvres puissent perdurées en nous inspirant d’avantage dans nos créations artistique dans l’avenir. Et en ce qui me concerne, je présente mes remerciements à l’endroit de seigneur LEY pour toutes les émotions qu’il nous a passées à travers ces chansons. Et d’ailleurs, je dirais même que si aujourd’hui je peux me prétendre Auteur Compositeur et Interprète reconnu par la SACEM Française, c’est grâce aux talents de nos aînés comme le Grand seigneur LEY car nous sommes sur leurs traces. Pour plus ample informations à mon propos, veuillez s’il vous plait vous rendre sur GOOGLE en tapant MFUMU BUALA. HOMMAGE AU DRAND SEIGNEUR LEY. MATHIEU TUSALAMO (MFUMU BUALA) MT THE SUN. ************************************************ J 'aimerai en toute sincérité présenter, mes voeux de bonheur d'anniversaire Tabu Rochereau pour ses 70 ans d'age, cet age de sagesse toujours reconnu en cet auteur compositeur de la musique congolaise moderne. Transmettez nos voeux au seigneur Tabu Ley Eva Wetu Kadima ************************************************ Super artiste, la RDC doit être fier de l'avoir. Pourquoi notre pays ne fait rien pour nos grands. Comment va-il ? Je reste FAN. Guy Tshibassu ************************************************ Tabu Ley est un grand artiste dont le rayonnant talent aurait inspiré plus d'un artiste au congo. De»mokolo na kokufa", une chanson composée est rendue publique en 1964, évoquant une philosophie existentialiste comme seuls les grands peuvent le faire à "kaful mayay" l'histoire d'une femme battue, en passant par "mongali" le gigolo prouve à quel point ce génie de la création nous a comblé de bonheur. LONGUE VIE AU TALENT DU SEIGNEUR Camille Lubuma ************************************************ Souvent, on est distrait pour marquer le monument du grand. Pour Tabu Ley, Dieu nous en donne l'occasion. Que ceux qui peuvent, caisse cette occasion pour le monument de ce grand qui a valorisé toute sa vie la musique congolaise. J'ai du mal à accepter qu'en dehors de la musique nous présenter par ce grand comme Tabu Ley, Franco, Pepe Kallé, il y existe encore la musique chez nous. Profitons donc de ce moment pour échapper au regret par exemple de la fille de Pepe Kallé qui disait si j’avais l'âge actuel, je garderais le soulier de mon père comme musée! A la jeunesse chantante aujourd'hui, je vous invite à une chose dans la musique de Rochereau, faites la différence dans l'instrumentation entre le moment où vous chantez et le moment où vous nous faites écouter la musique. Au moment où vous chantez, vous nous transmettez le message de votre oeuvre, il doit donc être bien compris d'où réduire les instruments et le moment des instruments est un temps de méditation de ce que nous avons écouté comme message. Choisissez donc le son qu'il faut entre et pendant les deux nomment. Rochereau n'a jamais fait des confusions dans toutes ses oeuvres. Et puis les thèmes! Oh bon sens! Souvent c'est la femme et pourquoi pas nos richesses de la faune, flore, hydrographie, immensité du pays, agriculture, etc. Rochereau, soit béni par Dieu. Tu as valorisé notre culture toute ta vie. Même si dans ton parcours, tu as connu des déboire et des moments de bas, cela est lié à la nature humaine mais au fond dans l'ensemble, tu mérités beaucoup. Encore une fois que Dieu te bénisse. Marcel Muluila Mpiana ************************************************ Vers 1959, j’avais l\'âge de 6 ans, malgré cet âge, je voyais comment mes frères aînés se prenaient la tête en faisant une comparaison, entre, Pascal Tabu et Franco de mi-amore, notre défunt père Shérif venait souvent les départager, craignant une répulsion, moi, personnellement, ça me faisait de la peine. Dans sa carrière musicale, selon moi, Pascal Tabu, dit, Rochereau reste l'un des grands artistes de l'African jazz,Fiesta, African fiesta et l'African fiesta national et l'Afriza: Sa plus grande et meilleure carrière a été avec Sam Manguana, Gustave Vangu et autres Déchaux, Willy Mbembe. Que le bon Dieu lui prête encore longue vie, s'il peut encore nous chanter, une seule chanson. Il mérite un monument à Kinshasa. DAUPHIN DILAMUNGANGU -Lausanne (Suisse) ************************************************ La musique de tabu-ley, a bercé mon enfance, je l'écoute très souvent que mes enfants s'en sont appropriée et l'une d'elle chante souvent "fétiche" (ce soir, sur la rivière, petite lumière...) TROIS GENERATIONS DEJAS je suis dans la transmission de la culture AFRICAINE. SOYONS CE QUE NOUS SOMMES. C’est pour dire que je suis fière de TABU-LEY et nous devons lui rendre hommage autant de fois que possible en tout cas bravo de mettre a l'honneur nos artistes et à valoriser notre culture !!! UN HOMME SANS CULTURE EST COMME UN ZEBRE SANS RAYURES encore une foi, pensons à transmettre notre culture à nos enfants, je penses que c'est très important. Maman Annie LUSE ************************************************ Grand artiste Zaïrois Ghislain Olenga ************************************************ Merci d'avoir créé cette merveilleuse page en l'honneur de Tabuley, un grand musicien. Lorraine Thompson ************************************************ Pour moi il restera le seul car il a toujours été une source d inspiration pour moi par ces belles mélodies qui dans mes sales moments de la vie détente ma petite tête parfois surchauffé. Big Elonga ************************************************ Merci TABU pour l'honneur de notre Musique parce que vous avez porté le drapeau de notre patrie au-delà de nos frontières votre voix si précieuse. Que l'éternel vous garde encore parmi nous. Que Dieu vous bénisse. KALUMVUEZIKO LUNDULA. ************************************************ Une des exceptions de l’identité nationale, vue sous l'angle sociologique, est une intériorisation de repères identitaires, résultant de la visibilité permanente des "points communs" de la nation, qui peuvent prendre la forme de symboles. Tabu Ley, de par ses chansons qui cimentent à travers le temps la cohésion congolaise, constitue un des symboles de notre identité nationale : il est réellement un monument qui devrait nécessairement s'ériger en Héros à aligner pas loin de Lumumba et cie. Ainsi donc, si comme le dit le philosophe français Ernest Renan qu'une nation est une âme, un principe spirituel, (deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis, dixit donc Renan), Rochereau s'est réellement imposé, par ses oeuvres donc, comme une des artères qui alimentent l'âme et l'esprit congolais, surtout dans ces temps troubles que passe notre pays. Merci à Vous Tabu-Ley, Jean-Pierre BONONGA ************************************************ Je salue ce bel hommage rendu à un grand artiste africain dont la réputation va au-delà des frontières, au niveau international. Pascal Tabu, dit Rochereau a longtemps berce nos soirées; Enfant que j'étais (je suis Centrafricain), je fredonnais ses chansons sur la route de l'école, dans le quartier avec les amis, fans comme moi, a la maison, sous la douche, grâce aux "Nzembo ya bana mboka" (recueils des chansons congolaises) vendus sur les places du marche a Kin que mon cousin m'envoyait régulièrement a Bangui. Dans les années 70, j'étais allé passer les vacances scolaires chez ma mère a Brazza, au même moment, Rochereau arrivait avec son orchestre, l'African Fiesta pour animer le bal annuel des postiers. Une occasion que je ne voulais pas rater. Connaissant ma passion pour l'artiste, ma mère puisa dans ses maigres économies, (elle vendait du boganda, alcool indigène) pour m'offrir le ticket d'entrée. Une soirée inoubliable durant laquelle, la guitare magique de Atel a tenu en haleine le public, tandis que Deyess Empopo émerveillait avec la sonorité de son saxo. Sans compter l'apport non négligeable du talentueux Lokassa a l'accompagnement rythmique, le tout sous la supervision du trio Rochereau, Ndombe Pepe et Kare au chant. C'était l'époque de la sortie de l'album Mokitani ya Wendo dédicace par le président Léopold Sedar Senghor; un premier 33 tours comportant des titres: Maria Clara, Hortense, Christine...qui étaient en eux mêmes des poésies chantées. Quelques jours plus tard, en arrivant à Kin, mon premier désir était de voir Rochereau. Dieu merci, par un heureux concours de circonstance, je le croisai sur l'imposant boulevard du 30 juin; il m'invita avec mon cousin Michel Ngakoula (ce dernier ayant contribue au financement de son album) a son concert, au bar dancing Black and White a Bandal. Une soirée mémorable a l'issue de laquelle, Rochereau me confia qu'il aimerait bien visiter un jour la RCA. Ce jour arriva lorsqu'il répondit dans les années 70 à l'invitation du président Bokassa, affectueusement appelle Mwuana Mboka par les kinois, en route pour l'Olympia. Mon plus grand et beau souvenir est de l'avoir interviewe a son hôtel, entoure de ses charmantes danseuses, les Rocherettes. Par la suite, l'un de ses musiciens vieux Biolo (cuivre) me reçut longuement dans sa chambre d'hotel pour m'entretenir sur la préparation du prochain spectacle à l'Olympia; Il faut dire que le séjour de Rochereau a Bangui, coïncidait avec celui du chanteur français, Jo Dassin. Une occasion pour ce dernier de se féliciter de la prestation de Rochereau, le premier africain sur la prestigieuse scène du music hall parisien. Que Dieu accorde longue vie à Rochereau et que son nom soit érige de son vivant sur l'une des grandes artères de la capitale congolaise, Kinshasa, une ville qu'il a tant chérie et chantée. A noter que mon admiration sans faille pour Rochereau Tabu Ley s'est concrétise a travers mon livre, Ici-bas, la vie, aux éditions benevent, 2010, dont un chapitre a été consacre a l'artiste. Félix Yepassis-Zembrou ************************************************ Bonjour je tenais juste a vous remercier du fond du coeur et vous félicité pour ce bel hommage rendu a ce grand seigneur et artiste qui a donné beaucoup de plaisir et de bonheur a plus d\'un mélomane et dont je suis fière d\'etre sa fille. Isabelle Tabu ************************************************ Bonjour! Grande est ma joie, car nous n´oublierons jamais ce grand et géant dirais-je de la musique Afro congolaise en particulier et de la musique internationale en général. Le seigneur Tabu Ley a fait l´ ébullition musicale depuis les années 60 et à nos jours il est toujours à la hauteur. Que tous les éloges lui soient adressés. Il mérite certes, un couronnement de haute envergure. Je vois encore le Seigneur Ley vers les années 1970 dans Kin-show avec ses Rocherettes. Bravo! Mon vieux Ley et d´avance joyeux anniversaire. Que Dieu TOUT-PUISSANT vous accorde un peu plus de jours encore ici sur terre et pourquoi pas atteindre le centenaire. RGM PRODUCTION Le Roi Germain Mandunga ************************************************ Bonjour Serge, toutes mes très sincères félicitations tu as tout dit mais en qualité de fanatique de Rochereau et de ressortissant du Congo Brazza, je souhaiterai t’apporter ma modique contribution. Caroline est une chanson de Nico (Soul La Baran), mais Caroline de Rochereau est dans les 33 tours de Mokrano, Bel Abidjan. Il faut situer Rochereau en cinq étapes : la 1ère dans Surboum, la 2ème dans Vita, la3ème dans Flash la 4ème dans Rochereau Chante et la 5ème dans Isa. Serge tu as oublié de parlé du premier voyage de Roch en Belgique où il a chanté Adios Thété dans le studio devant elle et la ramène au Congo Léopoldville parce qu'elle attendait famille. Rocherau a connu beaucoup de difficultés avec Mujos qui avait un timbre qui couvrait les autres chanteurs dans tous les orchestres où il a chanté. Kallé l'a compris et a dit à Roch de faire la 1ère voix dans Matanga ya Modibo Keita et Amina Colosabé ; El Guantanamo Kallé également mais Mujos ne le savait pas, Roch était monté dans les plus hautes gammes Kallé aussi, ce qui provoqua le retour de Mujos dans l'Ok Jazz, parce que Edo Ganga était reparti dans les Bantous, Mujos rejoint Kwamy la Citura dans l'Ok jazz. Roch, et les autres vont créer l'Africain Fiesta donc, éditons Vita avec Fotas dans Fiesta Kombo ya Sika viendra plus tard Fotas et Pablito. La séparation avec Nico qui a eu lieu à Brazza, pour que chacun crée African fiesta le Peule et Nico Af sukisa, Roch à Montréal avec SAM, Christian helault. ************************************************ En 1970, quand Rochereau est passé à l'Olympia, je vivais à Kinshasa. Et je me souviens très bien de l’engouement suscité par cet événement. J'aurai 70 ans demain, et Rochereau 8 jours plus tard. Nous sommes donc contemporains, comme on dit en Suisse. Et presque "bana mboka". Nostalgie... Michel Chevallier ************************************************ Mbote mingi Serge. Kisalu na nge yai na zina ya mbuta na beto Tabu Ley ke pesa mono kiese mingi. Yo yina mu ke zola kukumisa nge. Nge kele mayele mingi, kikesa ; nge kele ntembe. Matondo. Mu me katuka na N'kamba. Bwala kitoko, bwala ya bunkete, bwala ya bantu ya luzitu. Mu kwendaka kuna ti bampangi na mono yankaka ya nsi Belzike, mindele, bo me yituka mpila ve. Yo yina mono ke zola kusumba mikanda na nge na zina ya Papa Simon Kimbangu ti mukanda yai ya Tabu Ley ya nge me basisa sesepi yai. Wapi mu lenda sumba yo ? Mbuta na beto Tabu Ley zaba mono. Yandi ke zaba nde mu ke zolaka yandi mingi. Mu ke lomba na yandi na kuyindula na nkunga yankaka ya kitoko yina ya beto yonso ke kinga. Yandi yimbila beto diaka. Beto ke kinga nge mbuta, nge fwete beluka mbote-mbote. Ibuna beto ata sadila nge diaka nkinsi ya kafu-kau. Beno bika mbote. PINI-PINI Nsasay Mwan'Bal, Leke ya Yezu ************************************************ je suis un fan et Tabu ley est mon professeur bien que je ne l\'ai pas physiquement mais toutes mon répertoire ne sont que ses chansons. Jean-Pierre Okito ************************************************ Comme vous l’avez si bien signalé, son passage à l'Olympia fut le "turning point" de sa carrière (et partant, de la musique congolaise). Ce fut un événement historique, dont les enfants que nous étions, se souviennent jusqu'aujourd'hui. Je crois qu'il y eut beaucoup de jalousie de la part de ses concurrents, parce que les bruits furent répandus que sa prestation avait été un échec (on lui aurait jeté des tomates! A propos de cette jalousie, Rochereau composa plus tard une chanson intitulé "Prophète", dans laquelle il exprimait son amertume en ces termes: "Nazongi mboka. baninga na ngai ya lisano ata ko mbote te; baloba na mokili ngai nandimi lel'oyo nul n'est prophète chez lui"). Il a fallu attendre les images du concert pour démentir ses détracteurs. Dans ces images diffusées sur Télé-Zaïre, on put voir à l'oeuvre, un vrai Seigneur, du chant et de la danse, accompagné de talents comme Pepe Ndombe, Mavatiku Michelino, de danseuses voluptueuses comme les Yondo Sisters ou Marietu (à qui il dédiera la chanson "Karibou ya Bintou" lorsqu'elle se suicidera quelques mois après l'Olympia, à cause d'une déception amoureuse). Il y avait aussi deux gars, nommés Gaston et Pascal, qui éclipsèrent même les filles, en exécutant une danse envoûtante pendant la chanson "Recensement", devant un public émerveillé, qui ne tarissait pas d'applaudissent. Ces images étaient diffusées à la télévision zaïroise. Où sont-elles aujourd'hui ? Pourquoi ne garde-t-on pas nos archives? Il n’y aurait pas un meilleur cadeau d'anniversaire que la rediffusion de son concert à l’Olympia en 1970. Oliver KM ************************************************ Je souhaite à Papa Rochereau, Un heureux Anniversaire ! Et que Mon Dieu puisse le guérir complètement afin qu'il revienne sur scène. Ces chansons me font danser depuis que j'étais petite fille jusque maintenant (46 ans et mère de 4 enfants). Celle que j'aime le plus, c'est Lina (Lina aah, lina nalingaka, lelo nalembi kobondela a di). Merci Papa Rochereau. NELLY BUNDU NIATI ************************************************ Serge merci beaucoup pour le travail ô "combien impartial" que tu opères pour nos compatriotes vivants ou morts. Tu es aussi international comme TABU Ley, la postérité congolaise et Africaine parlera de toi au présent, comme nous parlons aujourd'hui de PAPA SIMON KIMBANGU au présent. Nous sommes "Eglise du SAINTE ESPRIT" A LIEU SAINT en Seine et Marne, nous nous préparons pour acquérir une nouvelle salle plus grande que celle dont nous prions actuellement ; j'ai dit à Papa Pasteur que nous inviterons Serge Diantantu qui est mon beau-frère ; à notre Eglise, il a dit oui, mais attendons que nous changions de salle. A très bientôt Serge, je suis fier de ton travail. PAKASA ONTAMON le Congolais du Coeur, me voilà 30 ans en France je garde ma nationalité congolaise laquelle j'ai du mal à brader pour d'autres nationalités du monde. PAKASA ONTAMON ************************************************ Tabu ley, à présent convalescent en Europe mérite bien ces fleurs de reconnaissance. Car il est ce rare congolais en qui chacun se retrouve d'une façon ou d'une autre. Nul n'ignore le rôle que joue une culture dans la cohésion nationale d'un pays. Tabu Ley a ainsi joué pour forger notre appartenance commune. Il aimait bien son pays auquel il a voué ses talents et son savoir faire. Qu'il sache de son lit de malade qu'il y aient des compatriotes voués à sa cause, qui pensent à lui et qui.... prie pour sa longévité. François TAMUNDELE ************************************************ Merci pour ces élogieux commentaires sur notre Héros Musical de la République du Congo, du Zaïre, et la RDC. Il m'a toujours paru avoir un schéma de composition musicale qui ne permet pas des prolongations ou des omissions, même dans des concerts qui selon les constatations des gens on se permet de changer un peu certains passages de la chanson, par exemple pour faire plaisir a un spectateur pressent dans la salle..... en citant son nom ou en le flattant.....Ca c'est pour moi un signe d'une INTEGRITE de haut niveau, du genre de l'absence de conflits avec ses compères ou collègues musiciens. Je me rappelle, qu'au moment ou je suis allé a Kin pour les Etudes Universitaires en 1970, ma mère (toujours vivante) dans son mot d'au revoir, me pria de saluer (LUZERO) de sa part - elle ne pouvait pas prononcer "Rochereau" . Et toutefois que j'allais en vacances, dans son mot d’accueil de bienvenu, ma mère me demandait toujours si LUZERO va bien. Dr Paluku Mulyangote ************************************************ Merci pour tout le travail que vous abattez pour mieux faire connaître notre culture en ce qui vous concerne en tant qu'artiste. Je crois que le vieux Tabu a tellement donné de lui pour le monde, pour que maintenant soit venu le temps qu'il se tourne vers son créateur;car il y a un temps pour tout. Sachant que nous sommes des passagers sur cette terre des hommes. Que l'Eternel le fortifie et qu'il bénisse surtout le travail de vos mains. Fraternellement Past.T .MANETE ************************************************ Seigneur Ley,tu restes une grande référence pour toute la nation congolaise,l'histoire nous donnera raison.God bless you ! Que Dieu te bénisse ! Ir Michel Samba, Manager ************************************************ Mbote na bino bandeko. Bazangisaka te pona kopesa biso esengo, Kasi ya lelo, esengo eleki makasi. Napesi mingi pe napesi losako na longonia na kulutu pe tata na biso TABU LEY, na mosala monene asali pona Afrique pe mokili mobimba na mindule kitoko oyo asila kopesa biso. Oyo azali exemple monene nakati ya famille misiciens. Esengeli bilenge oyo bazali kobeta misique pe bamibengaka mikitano ya LEY balanda nzela ya nzela ya kulutu oyo. Asaleli biso banzembo ya respect, ya toli, ya makanisi. Abinisi biso mabina ya malamu, ya lokumu pe kitoko. Vieux LEY, ndenge tomesana kobenga yo, salela biso nzembo moko lisusu ya elengi. Posa nayo ezali nanu. Ozali likolo koleka bayembi nionso y'Afrika. Losako Vieux na biso. D. Sambu Ku Ntima France. ************************************************